Pourquoi sommes-nous si attachés au temps de travail en entreprise et à son calcul ?

François Huchez
François Huchez | Gestion du temps | Management |
pourquoi-mesurer-temps

La gestion du temps est devenue une problématique majeure en entreprise. Tout le monde cherche à tout mesurer, à savoir précisément combien de temps est passé sur chaque tâche. Nous en venons donc à nous demander à quoi cela peut bien servir, en fin de compte ! Pourquoi se préoccuper à ce point de chaque minute, pourquoi une telle obsession pour la mesure ? Peut-on justement parler d’obsession, ou la gestion du temps est-elle simplement un enjeu important pour toute entreprise qui souhaite être rentable ? Voilà les questions auxquelles nous répondrons dans cet article.

 

I. Les raisons qui poussent à effectuer un suivi précis du temps consacré à chaque tâche.

Commençons par voir comment les entreprises en sont venues à mesurer le temps, les raisons qui les ont poussées à intégrer des systèmes de gestion du temps.

- L’augmentation de la productivité.

La première raison peut trouver ses origines dans le Taylorisme. Dans une perspective d’amélioration de la productivité, la solution la plus efficace a été de mesurer le temps passé pour chaque tâche, afin ensuite de travailler à réduire ce temps. La logique est bonne : si vous ne savez pas combien de temps vous passez à rédiger un mail, par exemple, vous n’avez aucune base pour tenter de reproduire l’action plus rapidement.

En entreprise, les systèmes de gestion du temps peuvent remplir ce rôle ! Ils permettent, au fur et à mesure, d’optimiser le temps alloué à chaque tâche. Ils permettent simplement de mieux gérer le temps, d’en perdre moins là où il n’est pas nécessaire d’en consacrer.

- Le calcul des salaires

Une deuxième raison pour laquelle le calcul du temps est si valorisé en entreprise tient au calcul des salaires ! En sachant combien d’heures un individu a travaillé, il est possible de lier le salaire à ce nombre d’heures. Le calcul du temps travaillé ouvre donc la porte à d’autres modes de financement et de rémunération, qui ne seraient pas envisageable sans un suivi du temps précis passé par chaque employé au travail. En France, c’est notamment utile pour le calcul des heures supplémentaires !

- Le contrôle du travail

Un aspect important, sans doute celui mentionné le plus souvent quand on aborde la question de la gestion du temps, est le contrôle du temps travaillé. En effet, disposer d’un système de pointage ou de gestion du temps quelconque permet de vérifier que chaque employé s’est bien acquitté du nombre d’heures dues.

II. Les dérives

Nous avons établi trois des principales raisons qui justifient le goût pour le calcul du temps travaillé ! Maintenant, intéressons-nous à certaines des dérives qui peuvent être remarquées, au point même de parler d’une obsession injustifiée pour la gestion du temps.

- Le temps devient plus important que le travail effectué.

C’est l’un des problèmes que l’on peut constater, lorsqu’une trop grande importance est accordée au temps travaillé. On en vient à ne se concentrer que sur cette donnée pour juger du travail d’un individu, pour déterminer si, à la fin de la journée, il a accompli son rôle.

Attention, si vous focalisez uniquement sur la présence de vos employés un phénomène appelé le présentéisme peut se déclencher, qui décrit les situations où des employés complètement détachés avec leurs missions se présentent sur leur lieu de travail. Ils ne peuvent rien accomplir, et font seulement acte de présence. Ce genre de situation met beaucoup de temps à être décelé lorsque l’on ne se concentre que sur la valeur “temps” alors que les conséquences sont négatives aussi bien pour l’entreprise que pour l’employé lui-même : pour l’entreprise, c’est de l’argent et du temps perdu. Pour l’employé, c’est une situation de mal-être, de détresse, qui se prolonge tant que personne n’essaie d’en trouver la cause.

- Une atmosphère pesante s’installe.

Dans une entreprise où les moindres faits et gestes sont épiés et mesurés, on imagine facilement comment cela peut devenir pesant pour les employés. Il est impossible de s’épanouir lorsqu’aucune confiance n’existe et lorsque l’employeur se sent obligé de suivre ses employés à la trace pour que le travail soit bien effectué. Il est préférable de trouver un juste milieu, où le système de gestion du temps permet à l’employeur de suivre le travail effectué, sans aller jusqu’à l’extrême du pistage et du flicage.

- Des tentatives d’optimisation maladroites.

Lorsque la logique d’optimisation du temps travaillé est poussée à l’extrême ou appliquée dans des corps de métier qui ne s’y prêtent pas, les conséquences peuvent être néfastes.

Certaines entreprises, entraînées dans une logique d’optimisation sans fin, en viennent à allouer moins de temps à certaines tâches sans se rendre compte de l’impact réel. Oui, la tâche peut être effectuée plus rapidement, mais avec quelles conséquences ? Voilà une question souvent oubliée, qui participe à donner une mauvaise réputation à la gestion du temps. Tout ce qui peut être accéléré ne doit pas tout le temps l'être pour autant…

Conclusion

Nous avons fait le tour des raisons qui motivent l’installation d’un système de gestion du temps poussé en entreprise. Un tel système permet d’optimiser le temps passé sur chaque tâche et d’allouer un salaire en fonction du temps travaillé, tout en étant un bon moyen pour s’assurer que chaque employé accomplit son rôle. Néanmoins, attention à toujours bien gérer votre équipe humaine et ne pas laisser tout faire par la pointeuse pour éviter : la prévalence du temps sur l’acte lui-même, l’atmosphère de surveillance qui peut s’installer en entreprise et la volonté de toujours tout faire plus vite sans réfléchir aux conséquences. 

Une question ?

pictogramme téléphone

Appelez-nous et parlez avec un expert Horloges Huchez.

03 74 11 20 95

Obtenez un devis

Pictogramme demande de devis

Réalisez votre demande de devis en ligne sur notre site internet.

Devis

Dans une éthique d'amélioration continue, ce site utilise des cookies déposés par Google Analytics.

Personnaliser les cookies